Accueil > SOFAMEA 2015

Table ronde : SOFAMEA – Société de Biomécanique LES NOUVEAUX OUTILS D'ÉVALUATION DE LA CINÉMATIQUE 3D DU GENOU : POUR OU CONTRE DANS LA PRATIQUE CLINIQUE

1329 vues
Partager
jeudi 05 févr. 2015
Faculté de médecine - Département de chirurgie

L’évaluation de la cinématique tridimensionnelle du genou s’est démocratisée au cours de la dernière
décennie, notamment grâce à l’apparition de nouveaux outils plus précis et répétables. En effet, la mesure
des rotations fémoro-tibiales dans le plan frontal (varus-valgus) ou transverse (rotation tibiale interneexterne)
ou encore de la translation antéro-postérieure n’est envisageable que si l’on peut s’affranchir, au
moins partiellement, des artéfacts des tissus mous. Une des approches consiste à utiliser un harnais qui
permet de fixer des capteurs de mouvement de manière quasi-rigide sur les os sous-jacents. Le
mouvement tridimensionnel de ces capteurs est ensuite traduit en trois rotations dans les plans sagittal,
frontal et transverse, selon une convention de systèmes d’axes définie au préalable à partir de points
anatomiques palpables et d’axes fonctionnels. L’autre approche consiste à avoir accès directement aux os
via un système d’imagerie dynamique (fluoroscope biplan) ou statique (radiographie biplane à plusieurs
positions). Dans ce cas, le défi est de recaler des modèles tridimensionnels des os du patient sur ces
images. En effet, l’absence d’information extrinsèque, telle que des billes de Tantale (interdites dans
plusieurs pays) ou une prothèse (chez des patients arthrosiques par exemple) rend le recalage peu
reproductible, surtout dans les plans hors champ. Malgré leurs limites, ces deux approches sont de plus en
plus utilisées dans le contexte clinique qui est à la recherche de paramètres fonctionnels du genou. Les
questions suivantes peuvent donc se poser : comment l’analyse de la cinématique tridimensionnelle du
genou peut-elle être une plus-value à la prise en charge clinique de personnes souffrant de différentes
affections aux genoux ? Peut-on concevoir que les résultats issus de ces techniques permettront
d’améliorer la qualité de vie des personnes atteintes d’arthrose ? Est-ce que les patients ayant reçu une
prothèse totale de genou bénéficieront d’une évaluation basée sur l’analyse cinématique 3D de leur
genou ? Lors du débat organisé conjointement entre la SOFAMEA et la Société de Biomécanique, des
chercheurs ingénieurs et cliniciens exposeront leurs arguments quant aux avantages et inconvénients de
l’utilisation de ces méthodes avancées d’analyse du mouvement pour leur utilisation dans un contexte
clinique.