Identifiez-vous pour ajouter une information temporelle
0:00

Rousseau, le langage et les signes

7540 vues
Taguer Partager
mercredi 14 nov 2012
Faculté des lettres - Programmes interdépartementaux

« Des divers moyens de communiquer nos pensées »

Avec: Jean-Paul Bronckart, Mariafranca Spallanzani et Martin Stern

Modérateur : Martin Rueff

Rousseau écrit dans l’Emile : « Les têtes se forment sur les langages, les pensées prennent la teinte des idiomes ». Il fut un penseur de l’expression: il y voit une des dimensions de l’humain. Son Essai sur l’origine des langues propose une méditation originale sur le langage, mais, au-delà, c’est bien toute sa réflexion sur les signes qui conserve sa pertinence et sa force.

Jean-Paul Bronckart est professeur ordinaire à la Faculté de Psychologie et Sciences de l’Education, (unité de didactique des langues - Groupe « Langage Action Formation »). Il a soutenu une thèse sur Les modes d’expression de l’aspect dans le langage de l’enfant et développé divers programmes de recherche sur l’épistémologie des sciences humaines/sociales, l’analyse des discours, les processus d'acquisition du langage et la didactique des langues. Ses derniers travaux se sont portés sur la problématique des rapports entre langage, action-travail et formation. Il est l'auteur de plus de trois cents publications scientifiques, parmi lesquelles on relèvera les ouvrages Genèse et organisation des formes verbales chez l'enfant, 1976; Théories du langage, 1977; Psycholinguistique de l'enfant (en collaboration), 1983; Le fonctionnement des discours (en collaboration), 1985; Activités langagières, textes et discours, 1997; Repenser l’enseignement des langues (en collaboration), 2005. En 2011, il a publié avec C. Bota, le très remarqué Bakhtine démasqué. Histoire d'un menteur, d'une escroquerie et d'un délire collectif (Genève, Droz).

Mariafranca Spallanzani est philosophe, historienne de la philosophie et spécialiste de la philosophie française des XVIIe et XVIIIe siècles. Elle est professeure à l’université de Bologne et professeure invitée à Paris et à Princeton. Cette cartésienne éminente a consacré à « son » philosophe des ouvrages qui font date. Citons parmi ses nombreux livres: La collezione naturalistica di Lazzaro Spallanzani: i modi e i tempi della sua formazione, 1985; Immagini di Descartes nell'Encyclopédie, 1990; Diventare filosofo. Descartes “en Philosophe”, 1999; Filosofi. Figure del “Philosophe” nell'età dei Lumi, 2002; Letture cartesiane, 2003. En 2009, elle a publié L'arbre et le labyrinthe. Descartes selon l'ordre des Lumières (Paris, Champion).

Martin Stern est philosophe et musicologue. Spécialiste de l’esthétique baroque, il enseigne à Istanbul. Membre de l’Association Rousseau et régulièrement invité à des colloques internationaux sur le XVIIIe siècle, ses travaux ont déjà donné lieu à plusieurs publications scientifiques, notamment dans les Studies on Voltaire and the Eighteenth Century. Également musicien polyvalent, il a étudié la musique baroque au Conservatoire (C.N.R.) de Lille. Il a publié cette année un livre important: Jean-Jacques Rousseau, la conversion d’un musicien philosophe (Paris, Champion).