Accueil > Leçons inaugurales 2017 - 2018

«Infection: dès que l’on cesse de se défendre, il faut prendre l’offensive»

642 vues
Télécharger Partager
jeudi 08 févr. 2018
Faculté de médecine - Leçons inaugurales

Klara Posfay-Barbe



Professeure ordinaire,

Département de pédiatrie, Faculté de médecine UNIGE

Médecin-cheffe du Service de pédiatrie générale, HUG



Chaque jour, nous sommes exposés à des milliers micro-organismes, dont certains peuvent nous rendre malades. Grâce à notre système immunitaire, qui se développe et se renforce avec l’âge, la plupart d’entre nous peut se défendre contre bon nombre de ces pathogènes. Certaines personnes, cependant, sont plus souvent malades et d’autres présentent des symptômes plus sévères lorsqu’ils sont infectés. Ainsi, une maladie de l’enfance en général bénigne comme la varicelle peut s’avérer dangereuse, voire mortelle, chez certains patients. Pourquoi certaines personnes ont un risque accru de complications? Divers facteurs peuvent être en cause, comme par exemple une immunité moins efficace dès la naissance liée à une fragilité génétique, une infection congénitale, ou encore, plus tard, suite à des traitements immunosuppresseurs. Lors de sa conférence, la professeure Posfay-Barbe explorera la protection naturelle et celle induite par la vaccination chez les personnes avec une immunosuppression, et passera en revue les stratégies possibles pour espérer protéger au mieux ces patients au quotidien. A une époque où nous souhaitons améliorer la qualité de vie de personnes souffrant de maladies chroniques, et notamment celle des enfants, il est important de se donner les moyens ? souvent simples ? de les protéger d’infections facilement évitables mais qui constituent, pour eux, un rappel souvent coûteux de leur fragilité.



Biographie:



Klara Posfay-Barbe obtient un diplôme de médecin et un doctorat à Genève en 1994. Elle se forme en pédiatrie à Genève (titre de spécialiste en 2004), puis, de 2001 à 2004, effectue un séjour post-doctoral au Children’s Hospital de Pittsburgh, aux Etats-Unis, où elle travaille dans le domaine des maladies infectieuses pédiatriques, et obtient un Master en recherche clinique. En 2004, titulaire d’un second titre de spécialiste en maladies infectieuses, elle rejoint les HUG où elle occupe les fonctions de coordinatrice de la plateforme de recherche clinique pédiatrique et responsable de l’unité des maladies infectieuses pédiatriques avant d’être nommée, en 2017, médecin-cheffe du Service de pédiatrie générale. Privat-docent au Département de pédiatrie de la Faculté de médecine dès 2011, elle est nommée professeure assistante en 2014 puis professeure ordinaire en octobre 2017. Ses sujets de recherche intègrent les problèmes infectieux des patients immunocompromis, l’évaluation de nouvelles technologies de diagnostic et les facteurs génétiques prédisposant aux maladies infectieuses. Elle s’intéresse également aux problèmes éthiques de la recherche clinique chez l’enfant.