Identifiez-vous pour ajouter une information temporelle
0:00

Colloque «Voile, corps féminin et pudeur, entre Islam et Occident»

7666 vues
Taguer Partager
jeudi 11 avr 2013
Faculté des lettres - Département de langues et de littératures méditerranéennes, slaves et orientales - MESLO

Le voile n’est pas uniquement l’apanage de la religion musulmane. Depuis l’Antiquité, cet attribut vestimentaire fait partie de la tenue des femmes dans tout le bassin méditerranéen et survit aux bouleversements religieux et politiques de l’histoire occidentale jusqu’au milieu du XXe siècle.
Prendre le recul nécessaire pour réfléchir aux réalités actuelles des débats suscités par le port du voile nécessite cette mise au point. C’est l’un des principaux objectifs d’un colloque organisé par la Faculté des lettres les 11 et 12 avril prochain, qui vise à offrir de nouvelles clés de compréhension de ce phénomène. C’est aussi le propos d’une exposition, mise sur pied en partenariat avec le Bureau de l’intégration des étrangers (BIE) et la Ville de Genève, à voir dès aujourd’hui jusqu’au 12 avril dans le hall d’Uni Dufour.

Dans le cadre d’un mode de pensée patriarcal, le voile est un signe de distinction de la femme mariée, ou d’élection et de vocation de la moniale. Il a pour fonction d’affirmer la dignité sociale de celle qui s’en revêt. Il révèle ainsi la diversité des statuts et des identités normatives reconnus pour le genre féminin. L’imaginaire du voile suscite par ailleurs de curieux allers et retours entre la sphère politique et les représentations religieuses. Pour le croyant ou pour le savant, l’espace sacré dérobe bien souvent son mystère sous un voile et la vérité révélée prend un corps de femme. On n’ignorera donc pas ce processus d’érotisation et d’esthétisation du voile qui engage la réflexion sur la voie d’une attention minutieuse portée aux questions des limites du visible.

En Islam, le voile suscite discussion depuis le 19ème siècle: relève-t-il de la religion ou de la tradition? Constitue-t-il une obligation pour les femmes musulmanes ou est-il simplement lié à des coutumes ancestrales? Et, s’il est obligatoire, quelles en sont les modalités, que doit-on couvrir et que peut-on montrer? Après avoir largement disparu des habitudes des femmes urbaines éduquées, le port du voile a été réintroduit à partir des années 1980 par la «réislamisation» des mœurs. Il semble correspondre de plus en plus à un choix effectué par les femmes, notamment lorsqu’il apparaît dans les communautés musulmanes immigrées en Occident. La banalisation du port du voile en a paradoxalement modifié la nature: de symbole d’adhésion à un style de vie puritain au moment de sa «réapparition», il peut devenir accessoire de mode ou de séduction, comme l’attestent les magazines glamour consacrés à la mode «en hidjab».