Identifiez-vous pour ajouter une information temporelle
0:00

Prof. Andreas Kleinschmidt « Le cerveau, vulnérable et énergivore »

jeudi 07 mar 2013
Faculté de médecine - Leçons inaugurales

Même en l’absence de stimulation sensorielle ou d’action motrice, le cerveau est énergivore. Cette énergie maintient une activité neurale «spontanée» dont la fonction physiologique reste énigmatique. Ses besoins énergétiques font du cerveau l’organe le plus vulnérable du corps. Une réduction du métabolisme cérébral au-delà de ses valeurs critiques compromet d’abord rapidement l’intégrité fonctionnelle et puis, si elle persiste, l’intégrité structurale du cerveau. Une fois la lésion cérébrale établie l’activité neurale «spontanée» se retrouve altérée, et ces altérations sont en lien avec le type et la sévérité des symptômes cliniques. Ces observations ouvrent un nouveau regard sur la relation entre lésion cérébrale, activité neurale et handicap.


Biographie
Andreas Kleinschmidt a fait ses études de médecine à Francfort-sur-le-Main, Paris et Genève. Après son internat en neurologie à Düsseldorf, il obtient en 1996 le titre de spécialiste et en 1997 celui de privat-docent. Son parcours scientifique est marqué par une thèse en neurophysiologie à l’Institut Max Planck de Francfort ainsi que des séjours post-doctoraux à l’Institut Max Planck de Göttingen (Allemagne) et à l’Institut de Neurologie de Londres. Il est ensuite nommé médecin adjoint et docent au service de neurologie de l’Université de Francfort. En 2005, Andreas Kleinschmidt devient directeur de recherche à l’INSERM (France). Ses recherches sont centrées sur les fonctions cognitives et leurs perturbations dans les maladies neurologiques. Expert reconnu de la neuroimagerie fonctionnelle, il est l’auteur d’une centaine de publications et éditeur d’un ouvrage de neurologie. Andreas Kleinschmidt a été nommé professeur ordinaire au Département de neurosciences cliniques de la Faculté de médecine en juillet 2012.