Accueil >

Le vêtement unisexe, une utopie?

713 vues
Partager
mercredi 07 mars 2018
Rectorat - Service de l'égalité

L'histoire des codes vestimentaires démontre comment le vêtement est un marqueur du genre essentiel. En Occident, par exemple, le vêtement "fermé" assurerait protection et autorité aux hommes, tandis que le vêtement "ouvert", imposé aux femmes, soulignerait leur disponibilité sexuelle. Est-il possible d'échapper à ce principe de différentiation sexuée? Si oui, comment et au nom de quelles valeurs? Peut-on vraiment créer du neutre dans un domaine vestimentaire qui semble régi par des symboles masculins et féminins?

Pour les cinquante ans de 1968, retour sur les années qui ont inventé la minijupe, le pantalon féminin et les tenues unisexes. Et zoom sur l'étonnant Rudi Gernreich, styliste américain d'avant-garde jouant avec les codes.
Christine Bard est professeure d’histoire contemporaine à l’Université d’Angers et membre honoraire de l’Institut universitaire de France. Elle travaille sur l’histoire politique, sociale et culturelle des femmes et du genre. Auteure de plusieurs ouvrages, dont Ce que soulève la jupe. Identités, transgressions, résistances (Autrement, 2010), et Une histoire politique du pantalon (Editions Seuil, 2010) elle a également dirigé plusieurs livres collectifs, notamment Un siècle d’antiféminisme (Fayard, 1999) et, avec la collaboration de Sylvie Chaperon, le Dictionnaire des féministes. France XVIIIe-XXIe siècle (PUF, 2017).


Cette conférence est proposée dans le cadre de la Semaine de l’égalité 2018 en Ville de Genève intitulée: «(Dés)habille ton genre !»