Accueil >

A quoi pensent les bébés? Le cerveau des tout-petits

1881 vues
Partager
jeudi 25 janv. 2018
Rectorat - Directement rattaché au rectorat

«A quoi pensent les bébés?
Le cerveau des tout-petits»

Ghislaine DEHAENE-LAMBERTZ
Pédiatre et directrice de recherche au CNRS,
Directrice de l’équipe Neuroimagerie du développement, INSERM

Avec le soutien de la Fondation pour recherches médicales
Dans le cadre du colloque NCCR Synapsy, du 24-26 janvier


«Ils dorment, ils pleurent, ils tètent»: voilà à quoi se résument souvent les journées de nos charmants bambins. Mais ce n’est pas tout! Ils découvrent aussi, chaque jour un peu plus, le monde qui les entoure: leur langue maternelle, leurs parents et leur famille, les lois de la gravité, et bien d’autres choses encore. Bien loin d’être passifs, les bébés sont ainsi de fantastiques machines à apprendre que les progrès de l’imagerie cérébrale nous permettent de mieux comprendre. Grâce à une organisation cérébrale complexe, ils savent anticiper, prédire et déduire comme de véritables petits chercheurs. Au cours de sa conférence, Ghislaine Dehaene-Lambertz dévoilera les dernières découvertes sur le développement cognitif et cérébral de l’enfant, et exposera comment les dernières avancées scientifiques permettent d’entrevoir et comprendre la façon dont des facultés cognitives complexes, telles que le langage et la pensée symbolique, émergent dans l’espèce humaine.

Biographie:
Pédiatre depuis 1988, Ghislaine Dehaene-Lambertz se tourne vers la recherche dès 1986, année où elle a effectué son stage de DEA sous la direction de Jacques Mehler et Josiane Bertoncini. Cette rencontre décisive oriente en effet son travail vers l'étude du développement cognitif du nourrisson. Elle a d'abord combiné recherche et travail clinique, en néonatologie et neuropédiatrie, avant de se consacrer entièrement, dès 1992, à la recherche. Ses travaux se concentrent principalement sur trois objectifs: étudier les bases cérébrales des fonctions cognitives chez le nourrisson normal, comprendre les relations entre maturation cérébrale et environnement dans le développement de ces fonctions, et enfin évaluer les conséquences de pathologie précoce sur ce développement pour pouvoir y remédier. Elle est actuellement directrice de recherche au CNRS et dirige le laboratoire de neuroimagerie du développement de l’INSERM.